Mémoires françaises

Hermann von Salza grand maitre de l'Ordre Teutonique(1179/1180-1239).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hermann von Salza grand maitre de l'Ordre Teutonique(1179/1180-1239).

Message par vinz le Jeu 2 Fév - 8:35

L'Hopital de Sainte-Marie-des Allemands ou Ordre teutonique est établit depuis longtemps en Terre sainte. Second fils d'une famille noble de Thuringe, il se fait admettre dans l'ordre comme jeune frère-chevalier.
On ne connait pas sa jeunesse mais on le retrouve en Terre sainte dès 1196. Il y remarque la précarité des royaumes chrétiens et que Jerusalem peut être perdu à tout moment. Il devient le grand maitre de l'Ordre en 1210.
Les chevaliers teutonique n'étaient qu'une petite entité en Palestine, protégeant les pèlerins. Ils étaient sous la protection du landgrave de Thuringe et le roi de Hongrie. Ce dernier les appelle, en 1211, même à venir protéger ses frontières de Transylvanie. Hermann sait qu'il a plus de chance de s'implanter en Europe que de rester en Terre sainte. Hermann entre ainsi en contacte étroit avec le saint Empire Romain Germanique et la papauté. A ce moment des luttes s'étaient engagé en Allemagne entre Welf(ou Guelf)et Staufen(Gibelin), pour la conquête du trône impériale, après la mort d'Henri VI, fils de Frédéric Barberousse.
Frédéric-Roger de Hohensatufen, fils d'Henri VI prétendait au trône mais le pape préférait Otton de Brunswick ,issu de la puissante famille Welf . La légende veut que lors d'un banquet en Angleterre, Richard Coeur de Lion avait dit a Otton de Brunswick en lui tendant un plat: «Prenez, beau neveu, vous êtes digne d'avoir la couronne d'Allemagne, et vous l'aurez » et que Philippe Auguste, présent aurait répondu laconiquement en tendant son gant à Otton: « Tenez ceci; quand vous aurez la couronne d'Allemagne, je vous donnerai Chartres et Paris ». La France et l'Angleterre allait peser de tout leur poids dans cette élection impériale. Mais c'est bien Philippe qui convint le pape d'excommunier Otton et de soutenir Frederic. Ce dernier est couronné empereur en 1215, à Francfort , sous le nom de Frédéric II. Hermann von Salza rencontre le jeune empereur lors des cérémonies du sacre. Selon les historiens, ils sympathisèrent tout de suite et commencèrent une collaboration qui se transforma vite en une amitié. L'empereur avait vécu en Sicile, proche du monde oriental, il parlait six langues dont le latin, le grec, l'allemand et l'arabe. Les deux personnalités se complétaient:l'empereur était impulsif et le maître de l'ordre était calme et réfléchi.
Hermann fut admis au Conseil de la diète impériale en 1216 et l'année suivante, regagna Saint-Jean d'Acre. Le nouveau roi de Jerusalem, Jean de Brienne, avait recommencé la lutte contre le sultan Al-Adil en Egypte. Le pape avait autorisé une nouvelle croisade et les principaux ordres en Palestine soutenaient ce combat. Les croisés commencèrent la campagne en 1218 et Hermann von Salza commandait les chevaliers de son Ordre. La croisade reprit Damiette et les Teutoniques y soignèrent de nombreux soldats. La mésentente, dans le camp chrétien sur la suite à donner a la croisade, provoqua le départ d'Hermann pour l'Europe. Le nouveau pape Honorius III détestait l'empereur Frédéric et lui refusait le sacre à Rome car la papauté voulait la séparation entre la Sicile et l'empire. De plus l'empereur avait fait élire comme Roi des Romains son fils Henri en 1220, ce qui avait déplu fortement au pape. L'empereur envoya donc son conseiller Hermann von Salza négocier avec la papauté. Un accord fut signé et l'empereur sacré le 22 Novembre 1220. La Sicile avait son propre roi et Frédéric s'était engagé a partir pour la croisade en Terre sainte. Le grand maitre teutonique fut remercié par de nombreux dons à l'Ordre et la protection de l'empereur envers les Teutoniques. Hermann repartit avec de nouvelles troupes pour Damiette où des négociation avec le nouveau sultan n'aboutissait pas. La nouvelle croisade fut une catastrophe et le roi de Jerusalem du fuir en face aux Arabes. Mais contrairement a sa parole, Frédéric II partit pour la Sicile et non pas pour la Palestine. Le légat du pape, responsable de la déroute en Palestine, accusait Frédéric d'en être responsable pour ne pas être venu avec ses troupes.
Le pape Honorius III confirma de nombreux privilège pour l'Ordre Teutonique dont celui de ne pouvoir être excommunié que par le pape. Le pape alla a la rencontre de l'empereur pour l'obliger a partir en croisade comme il s'était engagé. La rencontre se fit en présence du grand maitre de l'ordre teutonique dans les Abruzzes en 1222. Le pape accusa Frédéric de la perte de Damiette et Frédéric mis en avant les problèmes de Sicile et que ses finances étaient au plus bas. Ils se mirent d'accord pour une nouvelle rencontre l'année prochaine. Frédéric subit lors de cette entrevue les même reproches du pape et accepta de réitérer son serment de prendre la Croix avant le 14 juillet 1225. Hermann put retourner a Acre où il constata que la situation s'etait aggravé entre les Francs et le roi de Jérusalem depuis la perte de Damiette et de Jérusalem. Il revint dépeindre le tableau noir a Frédéric mais ce dernier ne partit toujours pas pour la croisade. Le pape , une fois l'ultimatum aboutis, du renouveler par écrit un serment de départ avant 1227. Hermann accompagnait le pape et ils allèrent rencontrer le roi de Jérusalem en visite en Europe. Les trois hommes se mirent d'accord pour obliger l'empereur a aller en Palestine: par le mariage prochain de Frédéric, veuf depuis 1222, avec Yolande,la fille du roi de Palestine. Hermann devait faire part de cet accord a l'empereur. Frédéric accepta et se maria en 1225, devenant ainsi l'héritier du roi de Jerusalem. Il vint même se faire couronner à Foggia. Hermann obtint, en 1226,le doit de devenir prince d'empire dans les territoire concédé de la Prusse. Une nouvelle croisade fut mis en marche et Hermann regagna la Palestine avec le patriarche de Jérusalem en 1227. Ils prirent Sidon et Césarée. Hermann fit construire le château de Montfort à coté d'Acre et y transféra le siège de l'Ordre teutonique. De plus, il mit en place la fortification des forteresses chrétiennes tandis que Frederic II se préparait a le suivre mais il mettait en place une rencontre avec le sultan égyptien. Le sultan était en lutte avec ses frères et Frédéric avait obtenu une vague promesse de restitution de Jérusalem s'il l'aidait diplomatiquement voir militairement. Frédéric s'embarqua donc enfin pour la croisade en 1228 mais il tomba malade sur le navire . Le pape ne voulut plus attendre et jeta l'interdit sur l'empereur: il ne pouvait donc plus aller en Terre sainte. Le pape continua en l'excommuniant mais Frédéric qui voyait les négociations avec le sultan Al-Khamil avancer, etait résolu de partir. Hermann l'attendait d'ailleurs à Acre. Il partit le 28 juin 1228 avec cinq cent chevaliers et plus de dix mille soldats. Il accosta à Acre ou l'attendait le roi de Chypre, le patriarche de Jerusalem et tout les dignitaires des ordres militaires. « Les chevaliers teutoniques revêtus du large manteau blanc orné de la grande croix noire formait une garde d'honneur autour de leur grand maitre, et, devant le clergé surpris, ils s'approchèrent de l'empereur et accomplirent devant lui le rite de la proskynèse; ils s'agenouillèrent l'un après l'autre devant Frédéric II et baisèrent l'ourlet de son manteau.[...]Ainsi aux yeux de tous, était scellé l'alliance étroite entre l'ordre Teutonique et l'empereur Hohenstaufen, empereur excommunié certes mais qui, aux yeux des chevaliers Teutoniques et de leur grand maitre symbolisait la légitimité. »
Frédéric s'installa à Acre et forca le sultan égyptien à renouer ses engagements en lui faisant croire à une attaque imminente. Al-Khamil reprit les négociations et aboutirent au traité de Jaffa du 18 février 1229. L'empereur, interdit et excommunié, reprenait Jerusalem, Nazareth et Bethléem sans verser une seule goutte de sang. Ainsi une paix pour dix ans était signé avec l'Egypte.
Hermann se félicita de cet accord et prépara le couronnement de l'empereur comme roi de Jérusalem. Il fut acclamé par la foule mais le pape envoya le patriarche de Césarée envoyer l'interdit sur la ville sainte. Les chevaliers Hospitalier et du Temple refusait de marcher aux cotés de l'empereur. Hermann et ses chevaliers étaient les seuls qui le suivirent. L'empereur donna à l'Ordre un ancien palais des rois de Jerusalem . Hermann savait qu'a force de défier le pape , il risquait d'être à son tour excommunié. Il envoya donc un émissaire pour la réconciliation a Rome. Mais le pape refusait d'admettre le succès de la reprise de Jerusalem. Les Templiers à Jerusalem entrèrent en révolte contre Frederic. Ce dernier dû quitter la ville pour Chypre. L'Italie était en pleine révolte et l'empereur devait résoudre ce conflit dans son territoire. Hermann de son coté alla rencontrer le pape pour le convaincre de changer de position et en 1227, deux envoyés du pape annoncèrent a Frederic que l'interdit et l'excommunication etaient levés. Hermann se tenait a ses coté ce jour là mais c'etait un homme malade et fatigué. Il séjourna qu'en Europe et ne put voir que de loin les tensions qui renaissaient en Palestine. De plus des conflits dans les territoires allemands avaient une nouvelle fois brouillé le pape et l'empereur.
Hermann demeurait au près de l'empereur comme conseiller lors de son affrontement avec son fils Henri. Hermann joua un grand rôle de réconciliation entre les deux partis. Le grand maitre s'installa en Italie du sud où il mourut le 20 mars 1239, le même jour où l'empereur etait une nouvelle fois excommunié par la pape.
(Ne faites pas attention aux fautes innombrables!)

vinz

Messages : 80
Points : 112
Date d'inscription : 15/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hermann von Salza grand maitre de l'Ordre Teutonique(1179/1180-1239).

Message par Maczek le Sam 4 Fév - 14:09

Donner Paris et Chartres pis quoi encore.

_________________
"Nous avons rien à demander à la France, excepté peut être que le jour de la liberté elle veuille bien nous ouvrir maternellemnt ses bras pour que nous y pleurions de joie et qu'au jour ou la mort sera venue nous saisir, elle nous envelisse doucement dans sa bonne et sainte terre. Rien ne nous importe excepté de la servir"
De Gaulle


Le patriotisme c'est aimer son pays. Le nationalisme c'est détester celui des autres.
De Gaulle
avatar
Maczek

Messages : 336
Points : 483
Date d'inscription : 27/11/2011
Age : 23
Localisation : aisne dans la picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hermann von Salza grand maitre de l'Ordre Teutonique(1179/1180-1239).

Message par vinz le Sam 4 Fév - 17:59

Philippe Auguste détestait Othon et ce dernier lui fit bien payer. Il faut lire de G. Duby Le Dimanche de Bouvines.

vinz

Messages : 80
Points : 112
Date d'inscription : 15/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hermann von Salza grand maitre de l'Ordre Teutonique(1179/1180-1239).

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum