Mémoires françaises

bannissement et autre sentences en court dans nos regions au moyen age

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

bannissement et autre sentences en court dans nos regions au moyen age

Message par regis02 le Jeu 9 Fév - 12:31

Etudions dans les ordonnances des roi de France, les chartes des XIII et XIV siècles nous trouvons que les principales communes possédaient presque toutes le droit de hautes et basse justice, c'est-à-dire qu’elles étaient armée du pouvoir de citer a leur barre ceux qui avaient forfait a la commune et du droit de leur appliquer les peines les plus sévères
Parmi ces peine les plus en usage dans les villes du nord étaient l’arsin, l’abjour ou abattis de la maison du coupable et le bannissement de la commune
L’arsin : ou incendie judiciaire, opéré solennellement par les magistrats d’une ville, devaient frapper d’autant plus énergiquement l’esprit des citoyens
L’abjour ou l’abattis de la maison : vengeance énergique des communes du moyen âge l’exécution du jugement se faisait avec le plus grand appareil, ont ce rendait sur le lieu comme en guerre, avec tentes et artillerie ; suivaient les chariots pour les torches des arbalétriers, pour les cordes et engins a tiré les bâtiments enfin six échevins accompagnaient le cortège et présidaient a l’abattis
Le bannissement : était le plus souvent prononcé pour des forfait tel que :
Coup, blessure, vol, rixes, renom de vols, recel, effraction, fausse monnaie, vagabondage et libertinage il était prononcé pour un laps de temps mais le plus souvent pour toujours
Le banni à temps : n’emportait ni la mort civile ni la confiscation le banni resté en possession de ces droits
Le banni pour toujours perdait tous ses droit de citoyens il était mort civilement et incapable de tout acte civil
La peine de bannissement était dans certain cas aggravée de celle de l’échelle, du pilori et de la marque au fer chaud à fleur de lys
C’était au son de la grosse cloche du beffroi que le condamné était livré au bourreau sous escorte d’archers et conduit hors de la ville par le chemin affecté spécialement aux bannis, a titre d’exemple le chemin de ST QUENTIN à LEHAUCOURT a conservé jusqu’aujourd’hui le nom de chemin des bannis
Le banni ne pouvait rentrée sans en avoir était invité par le maïeur ou juré dans le cas contraire le banni pouvait être comme a st Quentin privé d’un membre, la sentence n° 15 du livre des bannis de st Quentin nous rapporte que Raoulin le mesureur étant rentré a st Quentin quoique banni et s’étant porté a des violences sur une femme qui baron ( marié) avait « fut pris », qu’on lui coupa un pied et qu’il fut banni de rechef de la ville et de la banlieue, LOUIS IX dans les établissements selon usages a paris dressés en 1270 avant son départ pour Tunis, dit que « si le forbanni estoit trouvé el pays il serait pendable selon l’usage de la cort laie »
Si joint quelques sentences en vieux français issue du livre des études saint quentinoise tome 2 de l’an 1861 :
Liste des bannis de la ville de st Quentin, par les maïeurs et juré de 1273 à 1280
1) SYMOUNES DE DOAI, frepiers, feri iehemins le fill anssel denpuis, d’un cotel en mourdre, dont chuis iehenins fut mors ; et pour chou fut chius Symounes banis de le vile et de le banliue à toujours, en l’an del incarnation mil cc et lxxiij, en mois d’octembre .
2) QUENTINES de roupi en l’an mil cc lxxx et le lunsdi après le saint andriu, entre II clockes un cart, tout de nuict, vint en le maison Hanon, le fourbisseur, devant le puis de le selerie, avec Raoulin chatel-fort et autres compagnons et burent saiens et quant il eurent but ils s’entreprisent de parole et bouta chius Quentines icelui Raoulin tout coiement d’un coutel desous le mamele et pius s’assist ; chius Raoulins mourout errant et chius Quentines s’en torna a tant, et pour che fait chius quentines fu banis à toujours de le vile et de le banliue, com pour hôme mort.
3) Et aussi en français plus moderne
Sentence des maires et échevins de st Quentin le 15 avril 1391
Qui condamne un voleur nommé pierre BERNARD à être mis « en l’eschielle, par l’espace de six heures sur la place du marchiet » a être attaché au pilori et marqué d’un fer chaud a fleur de lys et être banni de la ville au son de la cloche.


regis02

Messages : 64
Points : 114
Date d'inscription : 09/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: bannissement et autre sentences en court dans nos regions au moyen age

Message par vinz le Jeu 9 Fév - 21:13

Très interessant!

vinz

Messages : 80
Points : 112
Date d'inscription : 15/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum